LNRM

Présentation de la fiche technique du Laboratoire National de Référence des Mycobactéries (LNRM) du PNLT RD Congo.

 

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a pris conscience depuis longtemps que la sécurité, et en particulier la sécurité biologique, constitue une question importante au plan international. En ce troisième millénaire, les questions de sureté et de sécurité biologique sont cruciales et leurs implications dépassent les frontières nationales considérant le risque de circulation des souches microbiennes particulièrement virulentes et pharmaco résistantes.

Les laboratoires de santé, selon le niveau de risque biologique lié au type de manipulation et au type de microorganisme rencontré, sont classés en 4 catégories. Dans le contexte de la Tuberculose l’on considère les  3 types suivants :

    • Le laboratoire de niveau 1 : génère un niveau de risque faible (examens microscopiques, Xpert MTB/RIF ;
    • Le laboratoire de niveau 2 : génère un niveau de risque modéré (Préparation et concentration des échantillons, les tests directs de pharmaco résistance) ;
    • Le laboratoire de niveau 3 (laboratoire de confinement) : génère un risque élevé suite aux manipulations des cultures vivantes des germes  potentiellement résistants voire ultra résistants.

En effet, il est important de fixer les esprits que Le laboratoire de confinement – sécurité biologique niveau 3 (appelé laboratoire P3), est conçu et prévu pour les travaux ou manipulations faisant intervenir des micro-organismes du groupe de risque 3 et des volumes importants ou de fortes concentrations de micro-organismes du groupe de risque 2 dont la manipulation risque davantage de provoquer la diffusion d’aérosols. Le degré de confinement qu’implique le niveau de sécurité 3 exige le renforcement des programmes de travail et de sécurité par rapport à ceux des laboratoires de base– sécurité biologique de niveaux 1 et 2.

Le LNRM du PNLT a pour mission d’assurer le diagnostic et la surveillance des souches pharmaco-résistantes circulantes, d’organiser le contrôle de qualité de la microscopie, de la biologie moléculaire et des cultures, d’appuyer la recherche opérationnelle, d’accompagner techniquement et logistiquement le niveau intermédiaire et périphérique dans la mise en œuvre des interventions de lutte contre la maladie. Pour réaliser ces missions, Il est institué au sein du LNRM 6 principaux services que sont :

    1. Assurance qualité et gestion de l’information stratégique du LNRM ;
    2. Surveillance de la pharmaco-résistance ;
    3. Biologie moléculaire ;
    4. Suivi biologique et biosécurité ;
    5. Réseau des laboratoires de microscopie ;
    6. Formation continue.

Le plateau technique de référence offert par le LNRM est constitué par les techniques et méthodes suivantes :

    • Diagnostic de la Tuberculose, de la TB Multi résistante et de la TB ultra résistante chez le sujet immuno compétant et chez le sujet immuno dépressif ;
    • Microscopie ordinaire et à fluorescence ;
    • Contrôle de qualité de la microscopie ;
    • Culture sur milieu solide et milieu liquide ;
    • Identification bactérienne ;
    • Suivi biologique et bactériologique du traitement des malades ;
    • Antibiogramme ou tests de sensibilité aux anti tuberculeux de 1 é et 2 é ligne sur milieu solide et sur milieu liquide ;
    • Tests moléculaires pour la détection du Mycobactérium tuberculosis;
    • Tests moléculaires pour la détection des résistances aux anti tuberculeux de 1 é et de 2 é ligne ;
    • Détection des souches de Mycobactéries du Complexe tuberculosis ;
    • Détection des mycobactéries multi résistantes et ultra résistantes ;
    • Caractérisation moléculaire des souches de mycobactéries circulantes en RDC ;
    • Gestion des déchets biologiques.

Les  principales caractéristiques techniques du P3 du LNRM/PNLT portent sur les aspects suivants :

  1. l’architecture du bâtiment ;
  2. Le code de bonnes pratiques ;
  3. La conception et l’aménagement du laboratoire ;
  4. Appareils et équipements du laboratoire ;
  5. Les ressources humaines

6. La surveillance médico-sanitaire.