La Tuberculose

La République Démocratique du Congo (RDC), a une population estimée en 2014 à 72.505.278 habitants (PNDS 2011-2015) et une incidence de cas de TB toutes formes de 327 cas pour 100.000 habitants. Elle est l’un des 22 pays qui supportent plus de 80% de la charge mondiale de la TB et occupe le 3ème rang en Afrique et le 9ème dans le monde selon le rapport de l’OMS de 2014.

En RDC, ces différentes stratégies ont été traduites en lignes directrices nationales pour la lutte contre la tuberculose contenues dans le guide technique appelé « Programme Anti Tuberculeux Intégré aux soins de santé primaires ou de base, en sigle PATI dont la première édition remonte à 1981.

Définition et mode de transmission de la tuberculose

La tuberculose (TB) est une maladie infectieuse causée par le Mycobacterium tuberculosis (MTB) ou Bacille de Koch (B.K). La contagiosité d’un cas de tuberculose est déterminée par la concentration de bacilles à l’intérieur des poumons et leur propagation dans l’air environnant. Les patients qui ont une tuberculose pulmonaire à microscopie positive sont les cas les plus contagieux.

La transmission de la TB est toujours directe, par voie aérienne de l’homme malade au sujet réceptif, par inhalation des gouttelettes de pfflüge lors de la toux, du rire, du parler ou de l’éternuement. La tuberculose pulmonaire est la forme la plus fréquente de la maladie et concerne environ 70% des cas. La tuberculose peut toucher n’importe quel autre organe du corps hormis les poumons, le plus souvent la plèvre, les ganglions lymphatiques, la colonne vertébrale, les articulations, les voies génito-urinaires, le système nerveux ou l’abdomen.

Les facteurs déterminant le risque d’infection

  • la concentration de gouttelettes de pfflüge dans l’air contaminé ;
  • la durée pendant laquelle cette personne respire cet air contaminé ;
  • la promiscuité ;
  • les personnes qui vivent sous le même toit qu’un malade tuberculeux non traité;
  • les maisons mal ou non ventilées.

Développement de la tuberculose après l’infection

Le risque de voir la maladie apparaître est surtout élevé pendant la période qui suit immédiatement l’infection, mais celui-ci persiste pendant toute la vie. Parmi les sujets infectés, 10 % peuvent développer la tuberculose-maladie, environ 90% ne feront jamais la tuberculose maladie, à moins que leur immunité ne soit sérieusement compromise.

Le développement de la tuberculose dans le corps humain se fait en deux étapes :

  • Tuberculose infection : elle survient quand une personne est exposée aux bacilles d’un tuberculeux contagieux. Cette infection est le plus souvent asymptomatique, exceptée lors de la primo infection patente ou lors d’une tuberculose primaire survenant chez les enfants. L’évolution dépend de l’état immunitaire c’est-à-dire de la défense de l’organisme. 
  • Tuberculose maladie : elle est celle au cours de laquelle les symptômes de la tuberculose maladie apparaissent chez la personne infectée.

L’impact du VIH sur la tuberculose et de la tuberculose sur l’infection à VIH

L’infection par le VIH entraîne une destruction très étendue des mécanismes de défense du corps.

 

L’infection à VIH a un effet amplificateur sur la tuberculose. Ce qui s’explique par les faits qu’elle :

  • favorise l’apparition de la TB évolutive des infections récentes (TB primaire);
  •  accélère le développement vers la TB évolutive des infections latentes;
  • favorise la réactivation d’une ancienne infection TB latente;
  • favorise les récidives de la TB (réactivation endogène ou réinfection exogène);
  • augmente le risque de transmission de la TB (augmentation du pool infectieux) ;
  • augmente les formes pulmonaires pauci bacillaires et les formes extra pulmonaires.

La tuberculose est la principale cause de décès observée chez les PVVIH. Ce qui s’explique par les faits qu’elle : 

  • accélère l’évolution de l’infection à VIH vers le SIDA ;
  • diminue considérablement l’espérance de vie des sujets VIH positifs

La résistance aux antituberculeux

L’existence d’un certain nombre de bacilles résistants aux médicaments au sein d’une souche bacillaire sensible est un phénomène naturel. Dans le cas de la tuberculose la sélection des mutants résistants secondaires à la prescription des schémas thérapeutiques inappropriés ou à la suite d’un traitement mal suivi par les malades, entrainent la multiplication de ces mutants et l’apparition des souches avec une résistance acquise à un ou plusieurs antibiotiques.

Tuberculose chez l’enfant

Le diagnostic de la tuberculose chez l’enfant n’est pas aisé et la plupart des prestataires ne la recherchent pas par insuffisance de directives et des moyens sur terrain.

Selon l’OMS, la tuberculose chez l’enfant représente 10-20% de tous les cas de tuberculose dans les pays à forte prévalence comme la RDC.